Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Un baptême en hélicoptère

    Samedi dernier, je me suis laissé embarquer par des amis dans une expérience que, curieusement, je n'avais encore jamais faite : j'ai effectué un tour en hélico à La Baule. Et vu comme cela m'a plu, je me demande vraiment pourquoi je n'avais pas encore pris la peine d'essayer avant ! Ce jour-là, le temps était idéal pour un vol : la journée était magnifique et la température était très agréable. Après nous avoir présenté les règles de sécurité, le pilote nous a donc faits grimper à l'intérieur du cockpit, puis boucler la ceinture et mettre notre casque (ce n'est pas impératif, à vrai dire, mais bien utile pour entendre les commentaires du pilote : les rotors font qu'il est difficile de discuter sans casque-micro une fois en vol !). Puis une fois que tout le monde a été harnaché et paré, notre pilote et guide a demandé à la tour de contrôle l'autorisation de décoller. Un vol en hélicoptère est sensiblement différent d'un vol classique. Par exemple, je ne pensais pas du tout qu'il procurait plus de sensations qu'un vol à bord d'un avion. Et pourtant, c'est le cas. Par exemple, l'appareil penche en avant quand il veut aller de l'avant, et ça fait toujours quelque chose dans l'estomac. Pour autant, ça n'a rien de gênant ni de vraiment angoissant : c'est seulement troublant, surtout au début. Le plus hallucinant, à mes yeux, restera l'effet boeuf que fait le panorama quand on le contemple depuis les hauteurs. Découvrir le monde sous cette perspective est une expérience vraiment renversante. Les endroits que l'on connaît depuis des lustres acquièrent instantanément un autre caractère : à force de rapetisser, ils deviennent en effet de simples jouets, et on se rend compte comme tout cela est minuscule. C'est un peu comme revenir dans l'école primaire de son enfance, et de voir à quel point tout ce qui nous paraissait grand à l'époque est en fait minuscule. C'est un peu pareil, là-haut, mais à l'échelle du monde entier ! Vraiment, si vous n'avez jamais essayé, il n'y a pas à tortiller : lancez-vous ! Voilà le site par lequel je suis passé pour ce vol en hélicoptère. ;-) Pour plus d'informations, allez sur le site de cette expérience de baptême en hélicoptère à La Baule et retrouvez toutes les informations.

  • Le lieu du Big Boum

    Fondé en 1954 sur une vision collaborative de la science en réponse à la boucherie de la seconde guerre mondiale, le CERN compte aujourd’hui 22 Etats membres. Au prix d’une note d’électricité quotidienne de 47 000 euros, 12 000 physiciens de 100 nations y travaillent à percer les secrets de l’Univers. Sans verser dans le Disneyland scientifique, la structure située de part et d’autre de la frontière franco-suisse, qui a obligation de communiquer ses résultats, a accueilli 120 000 visiteurs en 2016, chiffre encore en augmentation cette année. « Ici, sous terre, les installations sont refroidies à − 271,3 °C, ce qui fait du CERN l’endroit le plus cool de la galaxie », s’enthousiasme François Briard, le chargé de communication qui ne rate jamais une occasion de citer la série The Big Bang Theory. Les visites (gratuites) se réservent sur Internet (Visit.cern). Elles ont pour objectif de « rendre la science un peu sexy », précise François Briard. Elles permettent de découvrir le premier accélérateur de particules (le Synchrocyclotron) ou encore la salle de contrôle du détecteur Atlas. Le Globe de la science et de l’innovation, à Meyrin (Suisse), propose une exposition permanente abritant, entre autres, les deux premiers serveurs Web du monde, le lien hypertexte ayant été inventé au CERN par Tim Berners-Lee en 1991. Ici, dans une ambiance crépusculaire, des physiciens parfois retraités, comme Klaus Bätzner, partagent avec passion leur expérience et leurs questionnements métaphysiques : « Toutes les lois de la nature sont dans un certain équilibre. Si vous changez à peine l’une de ces constantes fondamentales, tout s’écroule. Il n’y a alors plus de matière stable, plus d’atome. Cet équilibre n’est pas vraiment compris. Est-ce qu’il y a un créateur derrière tout cela ? Moi je pense qu’il y a suffisamment de place pour lui. »

  • Glisse à Chamrousse

    L'hiver dernier, j'ai parlé avec quelqu'un qui était un addict des jeux vidéo, tout comme moi. Ca s'est passé durant une excursion en motoneige à Chamrousse, et avec le récent E3, j'ai ressassé certaines de ses déclarations d'alors. C'est que bien que nous soyions tous deux joueurs, nous n'appréciions pas vraiment les choses de la même façon. Lui passait beaucoup de temps à jouer mais refusait aux jeux vidéo leur potentiel d'oeuvre d'art : d'après lui, ce n'était qu'un simple plaisir, de même qu'un jeu télévisé. Néanmoins, je ne partage pas du tout cette vue ! D'après moi, le jeu vidéo est avant tout un médium, de même que le papier pour un dessinateur. Chacun l'emploie donc à l'aune de sa virtuosité. Certains gribouillent, tandis que d'autres composent des oeuvres d'art. A mon sens, un jeu comme Tales of symphonia fait partie des oeuvres artistiques. Bien évidemment, c'est une forme d'art qui a certaines particularités : le spectateur y est particulièrement actif. Et comme pour la littérature, il y a pas mal d'auteurs qui produisent des choses moyennes. Mais à l'inverse, certains jeux restent à jamais dans les esprits. Pensez donc à Ico, qui a frappé l'esprit de chaque personne qui s'y est essayée... Personnellement, il y a un jeu qui me fait saliver et qui a été présenté à l'E3 : Days Gone. Très ambitieuse, cette nouvelle licence placera le joueur dans la peau d’un motard évoluant dans un univers post-apocalyptique à la Mad Max. Un univers peuplé de type pas très respectueux de la loi, de la morale et des standards de base en matière d’hygiène. Le gameplay semble très travaillé et la démo passée sur scène enchaînait les phases d’action et d’infiltration, le tout dans des environnements profondément glauques. A l'évidence, ce jeu-là sera une vraie pépite ! Au passage, si vous aimez les sports mécaniques, je vous invite à tester la virée en motoneige à Chamrousse ! J'ai adoré les sensations. Voilà le site de l'organisateur, si le coeur vous en dit ! Plus d'information sur ce de randonnée en motoneige à Chamrousse en allant sur le site web de l'organisateur.